Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 21:39

RefugeConstance09 2012

C'est un lieu paisible qui raconte la vie intime du bord de Sarre, où la nature se donne en partage. Il apporte dans nos vies tant de beauté ! Oasis de calme, de couleur et de vie, il nous préserve, pendant de précieux moments, du rythme effréné de la vie moderne. Asseyez-vous sur son banc en bois de chêne, et, pour reposer vos yeux, vos oreilles et votre esprit, laissez-vous emporter par la magie de la nature, le murmure de la rivière, le frémissement du feuillage des grands bouleaux, le bourdonnement de la micro faune d’insectes auxiliaires et pollinisateurs, le concert des chants d'oiseaux… La vie chante ici !

Grimpez sur son petit observatoire. Les yeux fermés, vous sentirez le vent caresser votre visage d'une brise fraîche, juste fraîche. Puis ouvrez les yeux et contemplez…

C'est un coin de nature préservé, aménagé dans le vrai respect de la nature, qui vit au rythme des respirations de la faune et de la flore. C'est un lieu privilégié où la biodiversité, l’environnement et la paix apportent la quiétude et la réflexion sur l’alliance de l’homme avec la nature.

C'est un endroit qui réserve bien des motifs d'émerveillement.

C'est un petit coin de paradis sur la Terre.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 23:27

Grenouille09 2012

Bien que les températures et le soleil prolongent un été douloureux au démarrage, les journées se raccourcissent irrémédiablement et la nature prend le chemin de l’automne. La vie dans la mare de notre jardin n’échappe pas à cette règle. Quelques-unes de ses habitantes, de belles grenouilles vertes se fondent désormais plus aisément dans le décor, terni par la fin de la saison. Les mousses brunissent, les feuilles jaunissent et s’éparpillent à la surface de l’eau, offrant un terrain de jeu idéal pour le camouflage naturel des quelques batraciens peuplant le petit plan d’eau.

La petite mare abrite bien d’autres habitants, et plus particulièrement des poissons rouges, quelques poissons d'eau douce et deux salamandres… Fort nombreuses, les grenouilles évoluent parmi les plantes aquatiques qui forment la surface de ce petit éco-système, bénéficiant d’un camouflage intéressant.

L’automne arrive doucement, 5° seulement à l'aube de cette belle journée et ce sont désormais les libellules qui animent les joncs surplombant notre petit bassin, mais l'été n'a pas dit son dernier mot avec ce week-end estival qui s'annonce…

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 23:40

RoseEspoir1 2012

En juin et juillet, pendant la saison des foins, il n’est pas rare d’observer des dizaines de cigognes sautiller et virevolter derrière la faucheuse. Il est amusant de voir l’attrait de certains oiseaux pour les engins agricoles. Cigognes, hérons et milans noirs ne laissent rien passer. La moindre victime de la faucheuse est aussitôt happée sans ménagement.
La recherche de nourriture devient plus facile pendant cette période. Des centaines de petits animaux, pris de panique lorsque les machines agricoles coupent l’herbe qui leur sert de refuge, tentent de s'enfuir. Privés de leur abri, ils sont prestement happés par le long bec des cigognes à l'affût.
Ici, à Sarralbe, les cigognes nous offrent généreusement leur gracieux ballet ; elles déambulent à découvert, sans chercher à se cacher. Elles sont parfois plusieurs dizaines à suivre Philippe, notre sympathique agriculteur, sur son tracteur en train de faucher ou de pirouetter l'herbe de nos grandes prairies pour la récolte du foin ; Philippe qui accorde une attention très particulière à nos échassiers, qui s'applique à ne pas trop les déranger, mais surtout pour éviter de les blesser.
Les cigogneaux de l'année suivent un entraînement intensif et se préparent hâtivement au grand départ qui s'amorcera dés le mois d'août, profitant ainsi des dernières journées de chaleur pour migrer.
Pour celles et ceux qui se soucient de notre Constance (JPA,...) et qui espèrent des nouvelles publiées sur ce blog, je me fais le plaisir d'en être le porte-parole. Notre belle Constance avec son fort caractère, ne se laisse plus pertruber par la gent à deux pattes ; elle s'est installée au printemps à deux pas de son "Refuge" dans un endroit paisible et peu connu. On sait que la cigogne est plutôt solitaire pendant la nidification. Et oui ! Constance est devenue maman, elle nous a fait trois petits qui ont pris leur envol il y a quelques jours.
Avec l'arrivée tant attendue des beaux jours, j'irai faire une petite balade en canoë et je promets de vous présenter ici les petits nouveaux, s'ils ne sont pas trop effarouchés.
La vie n'est-elle pas belle ? La vie n'est-elle pas un merveilleux poème ?!
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 23:35

RoseEspoir1 2012

C'est un joli jardin entre Rech et Sarralbe, un jardin où les épis de lavande s'étirent et ondulent au vent.
Le mauve velouté de ces buissons où dansent les abeilles en nuage bourdonnant, émerveille les yeux. Cet endroit jadis, nos enfants ne l'ont pas connu. Ce site autrefois délaissé, c'était une décharge appelée le "Recherloch", est aujourd’hui un exemple de préservation, un espace vert où se mêlent subtilement les essences sauvages et les jardins fleuris ; il est un lieu dédié à la détente et à la découverte de notre patrimoine naturel et touristique, un endroit qui participe à l’amélioration de notre qualité de vie.
J'invite les amoureux de balades paisibles à découvrir le charme de ce délicieux jardin, balades ponctuées par le croisement des bateaux de plaisance, l'envol d'un héron et tant d'autres petits moments de bonheur glanés, loin d'une civilisation pourtant si proche.
C'est un lieu généreux parfumé de lavande, merveilleuse lavande qui évoque le chant du grillon, les armoires qui sentent bon, la douceur de vivre.
Un vrai régal ! Un régal de couleurs et de senteurs !
Le parfum subtil de la lavande pour sublimer l'été ?!
Partager cet article
Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 22:51

Commemorations05 2012

En juin, Florent Bodina, technicien environnement et membre d’Aprecial (Association de protection et de réintroduction de la cigogne en Alsace et en Lorraine) a bagué 3 cigogneaux logeant à l’étang Schleck de Keskastel. L’action de baguage a été rendue possible suite à la mise à disposition gracieuse d’une nacelle de l’entreprise SEEG. Les cigogneaux, âgés de quatre à huit semaines, ont reçu deux bagues, placées au-dessus du genou. Une bague en métal du muséum d’histoires naturelles de Paris, et une bague en plastique d’Aprecial, qui est plus grande et qui facilite l’identification et l’observation des individus. Le baguage permet d’obtenir des informations précieuses sur les cigognes, comme le souligne Florent Bodina : « La bague est comme la plaque d’immatriculation de la cigogne et le baguage permet d’avoir un suivi complet des individus. Outre leur âge, on les suit aussi dans toutes leurs migrations. » Ainsi, le baguage est aussi l’occasion d’une « visite médicale » pour les cigogneaux. Florent Bodina inspecte leurs ailes et vérifie que rien ne soit coincé dans leur bec. En effet, les jeunes individus, vont tous partir dans le Sud de la France ou dans le Nord de l’Afrique, avant un retour attendu à Keskastel, Sarralbe et dans les environs d’ici trois ans !

Chez nous à Sarralbe un bon nombre de cigogneaux ont également vu le jour cette année, malheureusement ils ne seront pas bagué et donc non recensé. A ma connaissance 7 couples de cigognes ont élu domicile cette année à Sarrable et nous pourrions comme nos voisins de Keskastel, signer une charte d’adhésion avec une association comme Aprecial (Association de protection et de réintroduction de la cigogne en Alsace et en Lorraine) dont le but est la protection et la sauvegarde du patrimoine naturel de nos régions, et particulièrement de la faune et de la flore.


Commemorations08mai 2012

Les cigogneaux sont bagués à l'âge de sept semaines environ. Pour fixer la date du baguage il est donc nécessaire de connaître la date la plus précise possible de l'éclosion.

Pour aider à trouver cette date, quelques critères à connaître :

- tant qu'il n'y a pas d'éclosion il n'y a pas de régurgitation de nourriture dans le nid quand un adulte arrive pour la relève.

- observation d'une régurgitation : une éclosion au moins a eu lieu, même si on ne peut confirmer par l'observation d'un poussin.

- poussin : il est en duvet gris pendant une semaine, après il est blanc.

- à 10 jours, la ligne noire de la pointe des rémiges qui sortent est visible.

- à 15 jours le poussin peut pour la première fois faire sa crotte par dessus bord.

- à 18 jours la bande noire du bout de rémiges est nette (longueur = environ 3 x la largeur).

- à 22 jours le poussin peut se mettre debout.

- à  30 jours : des battements d'ailes de temps en temps.

- à 45 jours : régulièrement debout, début de l'hélicoptère (vol sur place).

- à 50-55 jours : hélicoptère fréquent.

- à 55- 68 jours : 1er envol.


Partager cet article
Repost0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 22:14

22-Cigognes05 2012

Les cigognes ont la réputation d'être d'une fidélité à toute épreuve. Contrairement à ce que l'on pense, ce n'est cependant pas à son partenaire, mâle ou femelle, que cet oiseau est fidèle, mais plutôt à son nid. Durant toute la période de la reproduction, en effet, c'est cet élément qui tient pour le couple la place principale. Le mâle arrive généralement avant la femelle sur le nid qu'il a occupé l'année précédente ou sur un nid qui vient d'être construit et qu'il a pu s'approprier. Dès cet instant, il y reste jour et nuit et le défend contre les intrus – autres mâles ou couples. La vigilance s'impose, car toute absence prolongée peut être aussitôt sanctionnée par l'assaut d'un mâle concurrent. D'où les claquements de bec énergiques qui avertissent l'adversaire dès que celui-ci tente de s'approcher. Le propriétaire du nid prend alors des postures menaçantes : il pointe son bec vers l'intrus et les plumes de son cou se hérissent.

Si toutes les manœuvres de dissuasion restent inefficaces, une sévère bagarre peut être déclenchée. Les oiseaux qui s'affrontent ainsi ne se battent pas symboliquement : ces combats sont souvent sanglants, parfois meurtriers, et ils peuvent durer plusieurs jours. Mais, si c'est une femelle qui se présente, l'accueil est tout autre. Plus de menaces : le craquètement du mâle n'est qu'une bruyante invitation aux fiançailles. Écartant les ailes, l'oiseau rejette sa tête en arrière au point que celle-ci vient toucher son dos, puis la ramène rapidement vers le bas. La femelle est très vite conquise, les accouplements commencent fréquemment le jour même, le plus souvent sur le nid.

Il y a quelques jours nous avons pu assister derrière chez nous dans le périmètre du "Refuge de Constance" à un ballet incessant ; 22 cigognes se sont livrées à des combats hallucinants. Elles ont fait preuve d’une violence démultipliée par leur envergure et l’intensité qu’elles mettent dans leurs bagarres. Il y en avait partout, sur les arbres, les toits ; toutes ont voulu prendre possession du nid. Et, en définitive, aucune ne s'y est installée. Quelques unes d'entre elles pourtant reviennent régulièrement le soir, s'installer sur un arbre à proximité pour y passer la nuit. Le "Refuge de Constance" porte bien son nom, c'est un endroit où nos beaux échassiers noir et blanc se sentent bien, à l'abri des prédateurs et sous notre protection.

 


Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 22:41

NidGendarmerie02 2012

C'est un lieu paisible qui raconte la vie intime du bord de Sarre, où la nature se donne en partage.

C'est un coin de nature préservé, aménagé dans le vrai respect de la nature, qui vit au rythme des respirations de la faune et de la flore.

C'est un lieu privilégié où, dans un concert de chants d'oiseaux, la biodiversité, l’environnement et la paix apportent la quiétude et la réflexion sur l’alliance de l’homme avec la nature.

C'est un endroit qui réserve bien des motifs d'émerveillement.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 21:02

Avec le printemps, la nature renait !

Et avec quelques petites idées, il est facile de fabriquer un joli nichoir à oiseaux.


NidGendarmerie02 2012

Installer des refuges, nichoirs et abris aux hôtes de nos jardins.

Si vous ne l'avez pas encore fait, pensez à fabriquer des petites maisons pour les auxiliaires bienfaiteurs du jardin. Les oiseaux, coccinelles, les araignées, les hérissons, les abeilles, les guêpes… sont de vrais alliés pour le jardinier. Il s'agit donc de les attirer dans notre petit coin de nature et de les protéger contre le froid. Profitez des dernières tailles au jardin pour composer des petits abris à l'aide de rameaux coupés. Un tas de bois mort, laissé dans un coin du jardin, constituera également un véritable refuge pour ces petites bestioles indispensables au jardin.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 23:13

FindEte09 2011

Qu’il est beau de voir l’envol d’un oiseau dans le ciel !

Et que dire du chant mélodieux de certaines espèces !

Les oiseaux de nos jardins ont besoin de notre aide et l'installation de nichoirs sur nos propriétés n'a rien d'anecdotique ! Comme dans beaucoup de jardins de notre vallée, bon nombre de nichoirs égayent déjà notre paysage. Du côté de la rue des Frères Herbeth, sur les rives de la Sarre, les week-ends glacials ont été propice à l'installation d'une dizaine de nichoirs à passereaux. Poser des nichoirs est un acte de protection de la nature qui n'a rien de dérisoire : une espèce peut être maintenue grâce à cette seule action. La méthode offre l'avantage d'être à la portée de tous (en ce qui concerne les espèces qui vivent à proximité de l’homme tout au moins), mais aussi de procurer des cavités bien adaptées aux besoins des oiseaux à accueillir, de mettre les nichées à l'abri de la prédation et du dérangement. Les nichoirs sont de véritables refuges où chaque oiseau peut construire et aménager son nid à sa convenance, avec les matériaux de son choix, selon la technique qui lui est propre. Ils compensent en partie la disparition des cavités naturelles et permettent de maintenir la population de nos oiseaux cavernicoles (nichant dans des cavités).

Installer chez soi un refuge est également un acte simple de protection de la nature au quotidien !

Les refuges attirent donc de nombreux oiseaux, très utiles, par leur consommation d'insectes, dans un verger ou un jardin ! Tous les jardiniers, maraîchers, arboriculteurs trouveront une raison non négligeable de protéger les oiseaux : tous les oiseaux des jardins, ceux susceptibles d'habiter un nichoir, sont insectivores durant la période de reproduction ou nourrissent leurs petits avec des insectes, larves, chenilles, œufs, etc. Un couple de mésange charbonnière peut ainsi apporter jusqu’à 6 000 chenilles et insectes divers à ses petits durant la période de nidification. Aide non négligeable même si cela passe souvent inaperçu !

Enfin, une chance unique s'offre à nous de contempler dans nos jardin le spectacle magnifique de la nature !

Partager cet article
Repost0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 23:01

Adam et Eve, bannis du Jardin d'Eden, se retrouvent dans un paysage hivernal stérile. Ils errent sans fin dans la tempête de neige, frigorifiés, terrorisés et démoralisés. Eve pleure. Dieu prit pitié et envoya un ange pour les réconforter et les assurer de l'approche du printemps. - L'ange ramasse une poignée de neige et la répand à terre. Partout où la neige tombée de sa main touche le sol des perce-neige jaillissent et fleurissent. - L'ange pointa du doigt le sol où les larmes de pénitence étaient tombées et : surprise ! il jaillit une petite plante à la fleur en forme de larme. Il donna la fleur à Eve en disant que c'était l'assurance du retour du bonheur pour elle et sa descendance.

Les cigognes, comme les perce-neige, annoncent le temps du renouveau, quand la douce chaleur du soleil caresse les visages et les plumages, que les éclatantes couleurs des fleurs printanières émerveillent nos yeux embués ; ils annoncent la victoire de la vie sur la mort, une nouvelle vie qui jaillit, la joyeuse lumière de Pâques.

 

NidGendarmerie02 2012

Quelques cigognes ont passé l'hiver dans notre douce vallée ; mais le grand retour des cigognes est amorcé, l'avant garde pointe déjà le bout de son long bec orange.

Et la triste histoire de la malédiction de la cigogne de la gendarmerie resurgit dans nos mémoires. Souvenons-nous de ce mardi 30 août 2011 ; sur un ordre donné, les soldats du feu, après une dure journée de manoeuvres, avaient déployé la grande échelle et détruit le nid de la belle Constance, nid qu'elle avait construit et reconstruit avec tant d'ardeur sur la cheminée du bâtiment. Expulsée notre belle Constance, jetée comme une malpropre !

Aujourd'hui, à l'aube d'un nouveau printemps, nous guettons ton retour, avec inquiétude mais avec une grande confiance. Ma belle Constance, si tu choisis de revenir parmi nous, sache que ceux qui t'ont chassée ont fait amende honorable ; sache qu'aujourd'hui tu es officiellement attendue. Et avec enthousiasme !

Mais si, Constance, viens ! Reviens sans crainte ! Deux nids spacieux et confortables te sont offerts. Depuis deux semaines un mat chapoté d'un nid est érigé sur le terrain derrière la gendarmerie. Il est pour toi, il est à toi, un nouveau logis sûr et protégé, soigneusement préparé par François Lukas de l'ONF et installé par les services techniques de la ville. Et aussi grâce à la maréchaussée qui a enfin autorisé ta présence dans leur jardin.


FindEte09 2011

L'autre logis, tu l'as sans doute déjà aperçu, près du vieux lavoir du côté de la rue des Frères Herbeth. Sur les berges de la Sarre, tout au bout de nos jardins, il est un endroit calme et paisible, un endroit soigneusement préparé et entretenu pour toi. Tu pourras y fonder ta petite famille en paix et en toute liberté, sous la protection discrète mais fidèle des propriétaires de ces jardins. Cet endroit, ton refuge sera baptisé "Au Refuge de Constance".

Ma chère Constance, pour toi aussi le temps est venu de re-naître, de reconstruire... Comme le perce-neige, nous avons espéré des jours meilleurs pour toi. L'espérance n'est pas vaine ! Ne nous en veux pas, ma Constance, n'en veux pas aux humains. Les hommes pensent à leur confort et à la sécurité de leurs semblables. C'est normal !

Mais toujours l'amour de la nature et la sagesse renaissent dans le coeur de l'homme. Ensemble nous fêterons le printemps, la renaissance et le retour de la lumière après les longs et tristes mois d'hiver. Ensemble nous célébrerons Pâques !

Merci MJ


Partager cet article
Repost0