Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 22:19

PanneauCigogne04 2013

 

En ce début de printemps, du côté des jardins de la rue des frères Herbeth, les défenseurs de la nature ont posé un panneau inédit, un triangle rouge avec le dessin d'une cigogne en son centre sur l'accès qui mène au "Refuge de Constance". Cela afin d’avertir les promeneurs qu’ils se rapprochent dangereusement du nid de cigogne, occupé par un charmant couple qui finalise l'aménagement douillet et dont la couvée vient de commencer.

Pendant toute cette période de couvaison et celle de la présence de très jeunes cigogneaux, les cigognes sont très sensibles au dérangement. Les adultes s'envolent facilement et l'abandon du nid un peu trop longtemps peut entraîner l'échec de la nichée.

(surtout ne pas déranger : merci de respecter la distance matérialisée par ce panneau)

 

      Vous qui passez par chez nous,

Le temps d’un détour,

Le temps d’une pause,

Arrêtez-vous, ne vous en déplaise,

Offrez vous une parenthèse,

Levez les yeux et contemplez.

Comme un cadeau printanier,

Ce spectacle d’une rare beauté,

Un couple de cigognes entrain de couver.

 


Partager cet article
Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 19:30

CigogneObservatoire03 2013

 

Peu de temps avant l’hirondelle, à l’approche de la plus parfumée de nos saisons, nos admirables échassiers bicolores au long bec, aux longues pattes, à l’envergure impressionnante, planent dans notre ciel lorrain : la cigogne blanche a fait son grand retour.

Cependant, si aujourd’hui, le nombre de cigognes est en augmentation, il n’a pas échappé à certains protecteurs de la nature qu’il fallait lui proposer le logement, car il devient difficile pour elle de s’établir parmi cette urbanisation galopante.

Offrir, dans notre commune verdoyante, pour le printemps 2013, un emplacement de choix à de grandes voyageuses aux affinités communes est l’accomplissement d’un objectif de plus pour les passionnés de nature que nous sommes.

Elles ont rejoint leur quartier d'été, du côté de la rue des frères Herbeth, le long de la Sarre ; elles sont partout, dans le ciel, sur les arbres, les toits, jusqu'à se percher sur le toit de notre observatoire de la faune, comme nous le montre cette photo originale et insolite.

Le "Refuge de Constance" porte bien son nom ; c'est un endroit où nos beaux échassiers noir et blanc se sentent bien, à l'abri des prédateurs et sous notre protection.

Sois le bienvenu, bel oiseau migrateur !


Partager cet article
Repost0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 10:51

Cigogne2 2013

Les mangeoires sont remplies, les nichoirs sont posés, le grand spectacle du printemps va pouvoir bientôt commencer… Avec en avant première la "Belle demoiselle".

La voilà, majestueuse, dans son jardin, le "Refuge de Constance", admirable et fragile. Par cette magnifique matinée du samedi 9 février, sous un soleil d'hiver lumineux, elle réchauffait son beau plumage. Quand je pense à ces nuits glaciales que nous traversons et qu'elle doit subir... quel courage !


Partager cet article
Repost0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 15:23

RougeGorge1 2013

Un rouge-gorge s'est posé sur la mangeoire de papy. Il a eu la patience d'attendre que ma petite Camille cherche l'appareil photo et qu'elle mémorise cet instant magique.

Prenons le temps de nous arrêter un peu pour contempler les beautés de la nature.

Est-il passereau plus populaire que le rouge-gorge ? Assurément non ! Avec l'hirondelle et la mésange, il jouit à part égale du statut d'oiseau familier. Pourtant, qui pourrait se vanter de bien le connaître ? Souvent, ces jolis rouges-gorges sont reproduits en dessin, en peinture ou photographié pour les cartes de voeux. Ils représentent pour bien des gens, l'Hiver et les Fêtes de fin d'année.

L'angélisme qui se dégage d'un rouge-gorge, son petit air attendrissant, son corps en boule, ses petits yeux vifs qui nous fait "craquer", est ébréché par son tempérament. Il existe peu d'oiseaux aussi agressifs que celui-là. C'est un farouche défenseur de son territoire. Il ne supporte pas ses congénères sur son aire et peut se battre jusqu'à la mort. Il est l'ami des jardiniers, toujours à proximité de la terre fraîchement retournée. Il vient durant l'hiver visiter les mangeoires mais aime se retrouver seul. C'est le premier lorsque le jour se lève et le dernier lorsque le jour se couche. Il adore la pénombre et être au calme.

"Une légende raconte que le rouge-gorge chercha un arbre pour s’abriter du froid pour l’hiver. Tous les arbres lui refusèrent l’hospitalité sauf le houx. Le rouge-gorge se blessa avec ses feuilles piquantes, colorant ainsi son plumage en rouge. Depuis lors, comme par punition, tous les arbres perdent leurs feuilles en hiver sauf le houx qui avait accepté de donner un abri au rouge-gorge. En souvenir de cette histoire, le houx porte toujours des baies rouges".

Contempler une jolie fleur ; observer le bain d'un oiseau, le manège des mésanges à la mangeoire, les charbonnières plus grosses chassant les mésanges bleues qui redoublent d'ingéniosité pour accéder malgré tout aux graines, un vrai jeu de cache-cache ; écouter le chant d'un autre ; contempler un joli nuage...

Que de petits bonheurs qui nous sont offerts et qui font un bien fou.

C'est le merveilleux miracle de la vie !


Partager cet article
Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 00:03

Mangeoire1 2013

Dans les ateliers du "Refuge de Constance" les week-ends du mois de décembre ont été propices au bricolage et à la fabrication de mangeoires à oiseaux. Plus d'une vingtaine d'exemplaires, de formes et de couleurs différentes ont été soigneusement confectionnées. Une partie a été installée dans les alentours et l'autre partie a servi de cadeaux de Noël à des membres de nos familles, amis, des gens passionnés comme nous par la gente ailée et de cette belle nature.

Nos petits conseils :

Il est préférable de placer la mangeoire dans un endroit abrité des intempéries et plutôt ensoleillé, bien dégagé pour que les oiseaux puissent surveiller l’arrivée des prédateurs, et suffisamment près d’arbres où ils pourront se percher. La mangeoire peut également être placée de telle sorte que l’on puisse observer les allées et venues des oiseaux.

Le menu : Attention, ne les nourrissez pas n’importe comment. Placez les mangeoires à l’abri des prédateurs et approvisionnez-les de façon régulière. Le repas le plus important est celui du matin : la nuit a été longue et souvent dure pour nos amis à plumes. Vers le milieu de l’après-midi, un second service leur permettra de prendre des forces pour résister au froid nocturne. L’aliment de base peut être le tournesol, de préférence noir, apprécié par la plupart des espèces. Il est riche en lipides, protéines et minéraux.

Il est bon de compléter avec de la margarine ou des boules de graisse végétale du commerce ou encore des noix ou amandes. Un couvercle de poubelle ou des coupelles de pots de fleurs remplis d’eau pure à proximité seront très utiles. Veillez à renouveler l’eau qui peut avoir gelé, car même en hiver les oiseaux boivent et se toilettent.


MangeoireBis1 2013

De plus, l’observation des oiseaux est véritablement passionnante. En peu de temps, vous saurez reconnaître les espèces et leur chant. Vous verrez arriver de nombreuses mésanges : la bleue, la nonnette, la mésange à longue queue ou la huppée, qui sont toutes gracieuses. Le verdier – un granivore – est souvent présent. Avec son bec massif, il écrase l’enveloppe des graines afin de récupérer l’amande intérieure. Le pinson, plus paresseux, préfère manger à terre les graines que les autres oiseaux font tomber. Ou encore cette ravissante mésange à longue queue qui c'est posé à une cinquantaine de centimètres de mes mains lorsque je remplissais les mangeoires.

Venir en aide aux oiseaux relève de la solidarité à l’égard de la biodiversité et vous serez largement récompensé par le comportement des oiseaux qui s’offriront en spectacle.


Partager cet article
Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 21:57

GrueCendrées12 2012

Les grues cendrées fuient la tempête de neige

L’hiver a fait ses premières apparitions dans notre région. A Sarralbe, dès le début de matinée du dimanche 9 décembre, dame Nature avait donné le ton : la neige est tombée sans interruption recouvrant d’un blanc-manteau le Refuge de Constance et toute la vallée de la Sarre. La veille, par une très belle journée ensoleillée, un vol de grues cendrées de passage en basse altitude m'avait surpris, des retardataires sans doute qui fuient ardemment, sentant arriver cette vague de froid venue du grand nord qui s'est abattue le jour d'après sur notre contrée.


Partager cet article
Repost0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 12:40

EcureuilMangeoir11 2012

J'entends du bruit, je m'arrête je cherche des yeux et je l'aperçois... Je m'installe et ne bouge plus, il prend de l'assurance, cette fois c'est bien lui qui m'observe !!!

Au final j'ai eu l'impression qu'il y prenait autant de plaisir que moi ! J'esquisse un pas en avant et hop là en une seconde il grimpe une branche plus haut. J'ai stoppé mon élan évidemment. Pour ne pas l’effrayer, je restais immobile et silencieux pour le contempler. je ne le lâche pas de l'objectif, figé sur place. J'attends, il se fige aussi, puis timidement fait le tour d'un arbre et réapparait curieux. Il s'est assis sur une branche en face de moi et nous nous sommes regardés pendant environ 3 mn. Je l'ai vu filer sur le sol, dans les feuilles mortes, boule rousse sur fond automnal.

Il saute de branche en branche à toute vitesse, grimpe sur le pilier de béton et d'un bond spectaculaire accède à la mangeoire que nous lui avons installée il y a une petite semaine seulement. J'étais fasciné par la rapidité et l’agilité de ce petit animal. Assis dans sa mangeoire, il choisissait délicatement ses noix une à une. A la vitesse de l’éclair, il disparaissait dans un boulot en laissant échapper un petit cri aigu et grinçant. Quelques instants plus tard, je le vis se précipiter au pied du saule-pleureur, d'un geste sûr, il enfouit une noix et retourne aussitôt au garde-manger.

Ce petit manège dura encore une bonne partie de l'après-midi. Notre petit écureuil devait faire ses réserves pour l’hiver qui approche !

Encore une photo mon petit bonhomme et je te laisse vaquer à tes occupations.

C'était magique, j'ai remercié le ciel pour ce cadeau, un joli spectacle que la nature vient de m'offrir rien que pour moi, que je veux vous faire partager.


Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 21:42

NichoirEcureuil01 2012

Il est tout petit, avec sa jolie petite queue touffue, son beau poil roux, il saute d'arbres en arbres... TROP CRAQUANT !

Personne ne peut le détester ! Il mérite d'être connu, d'être aimé, mais surtout d'être sauvegardé !

Au hasard d’une promenade en forêt, le nez légèrement en l’air, vous avez certainement croisé ce petit animal roux en train de fureter ou de grimper aux arbres. Sa grande agilité, son intelligence et ses capacités d’apprentissage lui permettent de s’adapter et de profiter rapidement de toute nouvelle opportunité !

Malheureusement les écureuils roux sont en voie de disparition, victimes de la route et remplacés par les écureuils gris venus d’Amérique du Nord devenu invasifs parce plus gros et plus forts, plus résistants aux maladies.

Alors, du côté de la rue des frères Herbeth, plus précisément au "Refuge de Constance" nous sommes particulièrement attentifs au bien-être de ce charmant petit acrobate des arbres. Sa présence régulière pendant nos travaux d'aménagement du "Refuge de Constance" nous a incité à lui consacrer à lui aussi un peu de notre temps et de notre énergie pour lui ériger une petite aire de jeux avec garde-manger et un joli petit nichoir pour pouvoir affronter sereinement la saison pluvieuse et froide qui s'amorce.

Le saviez-vous ? Des millions d'arbres dans le monde sont plantés accidentellement par les écureuils qui enterrent leurs graines et oublient ensuite où ils les ont cachés.  Notre gourmand et distrait écureuil est donc écolo sans le savoir ! 

Comme l'écrit Christian Bobin  

"Les écureuils, dit-on, amassent leur nourriture dans des cachettes qu'ensuite ils ne savent plus retrouver.

Un tel oubli me semble lumineux et mystérieusement sage."

 

"L'amour est comme l'écureuil, hardi et timide à la fois."

Carmen Sylva


Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 22:26

GruesCendrées10 2012

Lever les yeux vers le ciel est pour moi une habitude, surtout en cette saison. Avec l’automne reviennent les grands vols d’oiseaux migrateurs. Nous avons la chance d’être situé dans le couloir de migration de ces magnifiques oiseaux. Entendre leurs cris caractéristiques, perçants, en automne, c’est le signe que la belle saison est terminée. Enfin les voilà, elles sont là et comme chaque année elles restent fidèles à leur instinct et reprennent le chemin de leur migration !

Comme une hirondelle annonce le printemps, la grue cendrée fait l’automne plus beau. En effet, venues par milliers de Scandinavie, les grues cendrées traversent la France en deux ou trois vagues de fin octobre à fin novembre. Migrer est une question de survie pour tous ces oiseaux qui ne peuvent trouver où ils ont niché de quoi se nourrir quand vient le froid. De nombreuses expériences ont montré que c’est la durée respective des jours et des nuits qui indique aux oiseaux le bon moment de partir. Les conditions atmosphériques ne font qu’accélérer ou ralentir le défilé. Les martinets sont les premiers à nous quitter début août. Pour mettre toutes les chances de leur côté, la grande majorité des oiseaux migrateurs volent de nuit à notre insu. Cette précaution leur permet d’éviter les turbulences provoquées par le réchauffement de l’air.

Lors de ces migrations, les jeunes grues accompagnent leurs parents. Elles bénéficient de leur expérimentation. Voler en V comme les oies et canards, permet à ces oiseaux d’économiser une partie de l’énergie du vol. Cela dit, en route, les bandes de grues cendrées se rassemblent en des lieux donnés pour trouver la nourriture nécessaire afin de reprendre des forces et voler plus loin pour rejoindre l’Espagne et l’Afrique. Un grand nombre de ces oiseaux choisissent la Champagne, et font du lac du Der, un rendez-vous de choix ! Début décembre, il ne reste que les hivernantes qui repartiront dès janvier vers l’Allemagne et les pays nordiques. Pourquoi regagner le Nord si tôt ? Pour arriver les premières sur les meilleures places de reproduction.

Samedi et dimanche derniers plusieurs centaines de grues ont survolé dans un défilé majestueux le ciel Sarralbigeois. Leurs formations survolent par vagues successives nos campagnes et nos agglomérations en claironnant continuellement de leurs cris de contact impressionnants, puissants et audibles de loin, ils couvrent tous les autres bruits de la nature. 

Nul n'est insensible au spectacle du passage des Grues Cendrées.

Ouvrez l'oeil (le jour) et les oreilles (la nuit) ... elles sont en route


Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 22:18

Chronique ... à mon frère

Ils sont un peu fous à Sarralbe, particulièrement du côté de la rue des frères Herbeth, fous de nature, fous d'animaux à plumes et à poil, fous de joie... d'apporter du confort aux bestioles avec qui ils partagent avec bonheur leur jardin, au point d'y installer un véritable paradis... Mieux, une arche de Noé !

Ah ! Ils ne s'arrêtent jamais, Alain et Hubert. Non contents d'apporter un refuge aérien à Constance la cigogne et un hôtel aux insectes, la fine équipe a décidé d'installer des nichoirs à canards !!! Mais oui, braves lecteurs, des nichoirs flottants et aussi une plate-forme pour les cygnes et les autres oiseaux d'eau douce.

Les deux compères savent bien que c'est en hiver qu'il vaut mieux faire ce genre de travail mais ils ont voulu profiter de la douceur et du calme de ce bel automne. bien leur en a pris, je peux vous le garantir.

Tomber à l'eau en plein hiver n'est pas recommandé. Ne souriez pas ! Voilà l'anecdote.

Pour bien faire, nos épatants concepteurs ont dû étudier soigneusement la chose parce que ces nichoirs doivent résister aux intempéries et à la force du courant. N'oublions pas que quelques fois la Sarre fait des siennes et dépasse largement les limites qui lui sont attribuées. Et quand la belle dame sort de son lit, les riverains le savent, la montée des eaux génère un courant fort et turbulent.

Donc pour mettre en place et arrimer judicieusement les nichoirs, ne sachant pas marcher sur les eaux, il a bien fallu embarquer. Et ce n'est pas une mince affaire de consolider et d'ancrer ces "inventions". Deux gaillards dans une minuscule barque, sur une rivière capricieuse !!! C'était périlleux et... plutôt cocasse. Les photos le prouvent. J'aurais voulu être une libellule dansant au-dessus de l'onde... pour voir nos deux marins d'eau douce à l'oeuvre.

Bref ! Ils ont pris un bain forcé, l'un soutenant l'autre, l'un se moquant de l'autre... Hahaha ! ClaClaCla ! Constance et ses amies ailées ont dû bien se marrer.

Mais le travail est accompli ; les nichoirs flottants sont en place, pour le bonheur des hôtes cancanants des bords de Sarre.

Alain et Hubert ne sont pas encore à court d'idées, croyez-moi ! La vie mérite d'être vécue, particulièrement pour les bébêtes aux alentours du refuge de Constance.

                                                                                                           MJ

 Nichoir-Flottant10 2012a

Partager cet article
Repost0